Notre Histoire

Histoire de l’automobile-Club du sud-ouest

 

Les débuts

L’Automobile-Club du Sud-Ouest (ACSO) a été créé par les pionniers de l’automobile à Bordeaux.

Après la création de l’Automobile-Club de France (ACF) en novembre 1895, par les organisateurs de la première course de l’histoire sur le parcours Paris-Bordeaux-Paris en juin 1895, une réunion à l’Athénée Municipal de Bordeaux le vendredi 23 avril 1897 permet la création du premier Club exclusivement dédié à l’automobile en province : l’Automobile Bordelais.

Ces « voituristes » ont ainsi décidé de se regrouper pour mieux défendre leur passion.

Le lecteur de La Petite Gironde du dimanche 25 avril 1897 apprend ainsi sous le titre « Automobilisme » :

« Il vient de se fonder à Bordeaux une société (d’encouragement) qui a pris pour nom l’Automobile Bordelais. Son but est de coopérer au développement de l’automobilisme en général… »

Les statuts de l’Automobile Bordelais sont officiellement déposés le 1er mai 1897 et c’est un médecin de Floirac, le docteur Maurice Creuzan, qui a l’honneur de devenir, lors d’une réunion le 18 mai, le premier président de l’Automobile Bordelais (automobile est alors masculin).

Arthur Escarraguel ayant été nommé Président d’honneur, les autres membres du bureau sont Abel Bord (vice-Président), Paul-Ernest Hivert (Trésorier), Henri Lafitte (Secrétaire), Valentin Purrey (Secrétaire adjoint), Fernand Panajou et Thomas Daugaron.

Précisons que le Club compte trente-sept membres fondateurs, alors que vingt et un véhicules seulement circulent en Gironde à sa création. En effet, comme le précise le premier numéro du bulletin interne publié en octobre 1897, « la Société, le Club plutôt, admet non seulement les propriétaires de voitures et de motocycles, mais encore tous ceux qui s’intéressent au mouvement automobile ».

Rapidement, dès le 7 octobre 1898, en référence à l’ACF et pour éviter toute confusion avec une activité industrielle, le Docteur Creuzan propose le remplacement du titre de cette nouvelle entité avec la nouvelle dénomination Automobile-Club-Bordelais.

Sous l’impulsion de Joseph Journu, personnage incontournable de l’automobilisme au plan national et international, la Commission sportive est essentielle dans le développement du Club.

Dans le même temps, l’Automobile-Club accompagne l’essor au quotidien de l’automobile et celui de nombreux constructeurs locaux : les automobiles Georges Roy, les carrossiers Gustave Carde et Henri Lafitte, les camions à vapeur Valentin Purrey, et Motobloc, le plus emblématique de tous les constructeurs bordelais !

26 Juin 1923

________________

Et le 26 juin 1923, l’Automobile-Club Bordelais devient Automobile-Club du Sud-Ouest (ou ACSO) pour mieux correspondre à sa zone géographique de l’époque.

Le développement de la voiture se poursuit d’ailleurs rapidement, les 21 véhicules automobiles de Gironde en 1897 étant devenus 165 en 1900 (dont 115 à Bordeaux), puis 211 dès 1901, est 417 en 1902 !

Autre facette des activités de l’Automobile-Club, la prise en charge de la délégation ministérielle de pouvoir faire passer les examens pour les candidats au permis de conduire.

Cette activité octroyée dès le 6 juin 1906 (et reconduite en 1925) sera importante pour le Club, avec 13 449 permis octroyés en 1927, 22 116 en 1929 et 26 000 en 1952 ou encore 29 000 en 1960.

Elle sera effective jusqu’en 1962.

L’Automobile-Club poursuit sa vocation sportive en participant à l’organisation de nombreuses courses de côtes, de rallyes, aux Grands Prix disputés aux Quatre-Pavillons en 1928, dans le Parc Bordelais en 1929 puis à Saint-Médard en Jalles en 1932.

 

L’apothéose de ce chapitre sportif est constitué par une épreuve prestigieuse : le Grand Prix de Bordeaux. Cette course, disputée de 1951 à 1955 en pleine ville sur un circuit aménagé sur la Place des Quinconces et les Quais, va permettre aux bordelais de « savourer » les odeurs d’huile de ricin et surtout d’assister aux exploits des meilleurs pilotes de Formule 1 : Fangio, Ascari, Farina, Rosier, Behra, Trintignant, Moss,…

Ces années 1950 représentent également « l’âge d’or » de l’ACSO, avec un pic de 25 000 adhérents et 650 sociétaires. Dès lors, l’accent sera mis, de plus en plus, sur les questions de prévention routière et de soutien de l’automobiliste.

Les années 1960 sont marquées par l’aménagement de l’ACSO dans ses nouveaux locaux de l’immeuble du 8 place des Quinconces, où le Cercle privé de ses sociétaires s’installe dès le 1er septembre 1965, rejoint par l’aspect administratif et grand public le 16 avril 1968. Par ailleurs, l’ASACSO, l’Association Sportive de l’ACSO, devient une association entièrement indépendante à partir de 1969.

La fin des années 1970 voit l’arrivée de la mascotte de l’ACSO : la Maratuech. Véritable voiture-avion, ce modèle unique construit dans les années 1920 par Fernand Maratuech, un passionné touche-à-tout du Lot-et-Garonne, est en effet le cadre d’un don en faveur de l’ACSO le 17 mai 1979. Elle orne toujours le hall de l’immeuble place des Quinconces, encore plus belle depuis sa restauration effectuée en 2013 grâce au soutien de la Fondation du Patrimoine et de Motul

Les années 1980 seront marquées par plusieurs commémorations, dont les festivités des 90 ans de l’ACSO avec l’organisation le 22 septembre 1987 d’une journée pour laquelle le circuit des Quinconces est recréé, avec la participation des pilotes des Grands Prix de l’époque !

Trintignant, Gonzalez, Manzon, Mieres, de Graffenried et bien entendu Fangio reviennent ainsi sur le théâtre de leurs exploits bordelais.

Pour le centenaire de l’ACSO, un forum est organisé le 31 octobre 1997, portant sur l’avenir de l’automobile et de l’automobiliste avec un colloque sur les énergies de remplacement (électrique, solaire, GPL,…), puis un rallye de 18 voitures électriques le lendemain, de Bordeaux-Lac vers Saint-Emilion, et de retour, en écho à la sortie inaugurale de 1897.

Aujourd’hui, l’ACSO reste fidèle à l’engagement de l’article premier des statuts de 1897 de

« fournir à ses membres tous renseignements et avantages possibles, de leur donner son appui moral pour la défense de leurs droits ».

Ainsi, l’ACSO conseille et défend ses adhérents en matière d’assurance, de circulation routière, de vente ou d’achat de véhicules, et organise des permanences juridiques gratuites, tout en proposant une école de conduite et l’organisation de stages de récupération de points de permis de conduire. Et en restant l’interlocuteur privilégié des pouvoirs publics pour les questions liées à l’automobile, au plan local comme national dans le cadre de l’UNAC (Union Nationale des Automobile-Club).

Ainsi, en plus des activités propres au fonctionnement quotidien de l’ACSO, la volonté est portée depuis plus de 40 ans désormais d’accompagner la passion de l’automobile sous de nombreuses formes. Directement intégrées au sein de l’ACSO, plusieurs sections se sont donc constituées à partir de 1978, dédiées à un aspect de la vie d’automobiliste : voitures anciennes, tout-terrain, miniatures, camping – caravaning, reportages, karting, cibistes,…

Les sections sont ouvertes à l’ensemble des adhérents de l’ACSO qui ont envie de partager une passion commune ! Actuellement, plusieurs de ces sections sont actives : l’ACSO Classic, la section Tout-Terrain ou encore la section 3M (miniatures, modélisme, maquettes) qui organise le salon Burdijouets.

LES PRÉSIDENTS DE L’ACSO

  • 1897-1904 : Maurice Creuzan 
  • 1904-1919 : Maurice Lanneluc-Sanson 
  • 1919-1922 : Gabriel Beaumartin
  •  1922-1937 : Louis Gonfreville
  • 1897-1904 : Pierre Darroman 
  • 1945-1947 : François Merman 
  • 1947-1974 : Louis Baillot d’Estivaux
  • 1974-1976 : Pierre Sarthou
  • 1976-2014 : Claude Chambonnaud
  • Depuis 2014 : Claude Expert 

 

LES LOCAUX DE L’ACSO

  • 1897-1900 : 42 Allées d’Orléans
  • 1901-1902 : 14 rue Montesquieu
  • 1902-1911 : Place de la Comédie 
  • 1911- 1926 : 1 rue Franklin
  • 1926 – 1963 : 15 Cours Georges Clémenceau
  • 1964 – 1968 : 123 Cours d’Alsace et Lorraine

  • Depuis avril 1968 : 8 Place des Quinconces

Toute l’histoire de l’Automobile-Club du Sud-Ouest est présentée en détail dans un ouvrage à paraitre en novembre 2021.

Toutes les informations sur ce livre sont disponible ici.